Page suivante
Les différents départements de l'usine d'Achicourt
Ensemble de lissoirs, outils à main du fondeur
La fonderie
 
Coeur battant de l'usine Bracq-Laurent : la fonderie ! "Le plus court chemin entre la conception d'une pièce et sa réalisation"  selon Pierre Bracq. Au plus fort de l'activité, jusqu'à une centaine d'hommes y donnaient forme à des pièces de toutes tailles. Les plus importantes pouvaient peser plusieurs dizaines de tonnes.
Spacieux et éclairé par de hautes verrières, l'atelier de construction mécanique était l'univers de la machine-outil. Toutes les formes d'usinage étaient réalisables. Dans une étonnante symphonie mécanique, les robustes machines éraflaient, usinaient, perçaient, réduisaient sans cesse en copeaux le métal avec une extraordinaire minutie.
L'atelier de construction mécanique
En quelques minutes, trois poches de coulée pouvaient déverser plus de 40 tonnes de métal liquide porté à 1200 °C dans le même moule.
En 1976, Antoine Hanot, un des meilleurs mouleurs de  Bracq-Laurent, a eu les honneurs de la revue " FONDEUR D'AUJOURD'HUI ".
Accueil
Après la fermeture
Avant-propos
Les hommes
Les fabrications
Les  Etablissements BRACQ-LAURENT 1879-2009
De Lens à Achicourt
L'usine d'Achicourt
Les usines Bracq
Conception René Lagache - Pierre Bracq - 2012
Contacts :
Monsieur Pierre Bracq : pierre.bracq@orange.fr
René Lagache (pour les pages WEB) : rlagache@nordnet.fr