Retour "le rez-de-chaussée"
La bluterie avec les sacs recevant les différentes farines, de droite à gauche : la  fine fleur, la boulangère, la complète, et les sous-produits : le rébulé et le son.
 
A droite de la bluterie se trouve le poste du meunier, la goulotte en bois descendant de la meule pour acheminer la mouture dans un sac, les cordes de commande de la descente et du relevage de la meule tournante et celle libérant le bas de l'auget vers les babillards.
 
A gauche la corde du monte sacs.
Photos : René Lagache et Jean Noël Huchez
La bluterie est un grand coffre contenant un long tambour hexagonal légèrement incliné, sur les arêtes duquel sont tendues des soies au tissage plus ou moins serré. Ces soies sont maintenues tendues par quatre hexagones reliés par des rayons métalliques à l'axe du tambour qui reçoit indirectement son mouvement de rotation lente d'un ensemble de courroies, axes, et engrenages relié à l'arbre du hérisson de l'étage des meules.
 
Sur chaque rayon glisse une masselotte de bois arrondie que la rotation fait tomber contre l'armature extérieure, la masselotte retombe ensuite sur l'axe, puis à nouveau contre la paroi, et ainsi de suite pour chaque rayon à chaque section. Ces multiples chocs en cadence favorisent le passage de la mouture à travers les soies.
 
A chaque travée de la bluterie correspond une sortie pour les diverses issues : la farine coule la première des gazes les plus fines, coulent ensuite les gruaux, le son s'écoule à la sortie du blutoir.
Le rez-de-chaussée : la bluterie
Site créé par René Lagache  - Achicourt
Copyright  2010  -  2011 - 2014